Voyage à vélo

Grâce au réseau de véloroutes et voies vertes (voir définitions), la France se positionne comme une destination privilégiée pour le voyage à vélo. Le développement de ces itinéraires continus et sécurisés favorise une pratique itinérante qui attire de nombreux étrangers mais aussi, désormais, de plus en plus de français. L’AF3V (Association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes) décrit et cartographie ces itinéraires, inscrits dans les schémas européens, nationaux ou régionaux. Accessibles au plus grand nombre et à tout âge, les véloroutes et voies vertes (VVV), dont la fréquentation ne cesse d’augmenter, offrent un support idéal pour s’évader seul, en couple ou en famille en utilisant le vélo comme un moyen de transport agréable et écologique. Cependant, avant de partir, il vaut mieux se préparer à l’avance, pour éviter des imprévus.

 

Un réseau de véloroutes et de voies vertes à fort potentiel touristique

Le réseau français de VVV offre maintes opportunités intéressantes pour entreprendre un voyage à vélo pour quelques jours ou plus. Au long des rivières et canaux de France, en bord de mer ou sur les routes de campagne, des milliers de kilomètres attendent les randonneurs à vélo  sur les voies vertes - aménagées principalement sur d’anciennes voies ferrées ou des chemins de halage ou sur les véloroutes associant voies vertes et petites routes tranquilles. Ces parcours faciles et balisés invitent à découvrir les régions françaises riches d’une grande diversité patrimoniale : villes et villages, châteaux, monuments, vignobles, forêts et autres espaces naturels…

Attirés par l’affiche de l’AF3V représentant la carte des réalisations sur le réseau de VVV, de nombreux visiteurs ont déjà pu s’arrêter sur le stand de l’association à l’occasion des festivals, forums ou soirées consacrés au voyage à vélo qui rencontrent de plus en plus de succès. Parmi eux, beaucoup de novices en matière de voyage à vélo demandent des renseignements, conseils ou documentations pour préparer un voyage de quelques jours ou plus, sur les grands itinéraires cyclables réputés comme la Loire à vélo, le Tour de Bourgogne, la Vélodyssée…

Compagne de voyage indispensable, la carte des voies vertes et véloroutes de France, publiée en 2015 par IGN et l’AF3V, recense tous les itinéraires réalisés, en partie ou en totalité (18 000 km) :

  • 7 itinéraires européens traversant la France
  • 49 itinéraires nationaux
  • et près de 200 voies vertes et véloroutes d’intérêt régional et local.

Grâce au QR code présent sur la carte et au numéro inscrit à côté de chaque tronçon d’itinéraire (il y en a 710), il est possible de consulter une version détaillée de chaque parcours (accessible sur smartphone ou depuis le formulaire en ligne sur le site de l’AF3V).

Le site de l’AF3V recense quant à lui 435 aménagements avec pour chacun, des descriptifs, cartes, photos, sources d’information et témoignages d’usagers. Il suffit d'un simple clic sur la carte interactive en page d’accueil !

 

Un schéma national des véloroutes et voies vertes (SN3V) qui avance

Le développement des itinéraires VVV s’inscrit dans un projet national qui débouche en 1998 sur un schéma national SN3V proposant un véritable maillage du territoire reliant les villes de toutes les régions. Le SN3V s’inscrit dans la continuité des itinéraires européens du réseau EuroVelo qui totalisera près de 70 000 km sur 14 itinéraires cyclables à longue distance dont 7 EuroVelo-routes traversant la France (soit plus de 6000 km). Le 5 janvier 2001, a été validé le cahier des charges des véloroutes et voies vertes, et une circulaire du 31 mai 2001 a ensuite engagé la mise en œuvre du SN3V avec en particulier l’élaboration des volets régionaux. Les contributions de l’AF3V à ce schéma ont permis de le compléter et d’affiner les tracés. Ainsi le SN3V a fait l’objet d’une actualisation en 2009/2010, avec une validation à nouveau le 11 mai 2010. Le nouveau schéma révisé prévoit un réseau qui représentera, à terme, un linéaire de 20 000 km.

En 2015, le SN3V français est réalisé à 55 % : 11 000 km sont aujourd’hui en place parmi lesquels les itinéraires français du schéma Eurovélo qui sont réalisés à 71 %.

 

Les principaux grands itinéraires de tourisme à vélo en France

Voici une sélection des principales véloroutes en France, telles que figurant sur la carte IGN 924 « Véloroutes et Voies Vertes de France », éditée en mai 2015 en partenariat avec l’AF3V. Certains de ces itinéraires sont déjà praticables : voir leur tracé sur la carte des grands itinéraires et quelques descriptions dans les pages du site de l'AF3V. Plusieurs d’entre eux ont fait l’objet de topo-guides et ont un site dédié.

EV1 / EuroVelo 1 : véloroute de la côte Atlantique, Vélodyssée dans sa partie française
EV3 / EuroVelo 3 : véloroute des pèlerins ou Scandibérique
EV4 / EuroVelo 4 : véloroute de l’Europe Centrale
EV5 / EuroVelo 5 : via Romea Francigena
EV6 / EuroVelo 6 : véloroute de l’Atlantique à la Mer Noire ou véloroute des fleuves dont la partie la plus fameuse est La Loire à Vélo.
EV8 / EuroVelo 8 : véloroute de la Méditerranée
EV15 / EuroVelo 15 : véloroute du Rhin
V60 / ViaRhôna : qui devrait devenir officiellement EV17 / l’EuroVelo 17, fin 2015
AVLP / Avenue Verte London – Paris 
V40 / Véloscénie ou
 Paris - Mont-St-Michel à vélo
V43 / Vélo Francette
V51 / Tour de Bourgogne à vélo
V80 / Véloroute des Deux Mers

 

Conseils pour préparer son voyage à vélo

Pas besoin d’être un grand sportif, pas besoin d’avoir un superbe vélo, pas besoin d’avoir le dernier équipement high-tech ! L’itinérance à vélo est accessible à tous et partir en randonnée sur les véloroutes et les voies vertes n’est pas un exploit sportif, mais un loisir particulièrement agréable. Tout le monde est capable de parcourir tranquillement quelques kilomètres, puis quelques dizaines de kilomètres. Prévoir un week-end d’essai sur un petit parcours près de chez soi permet de tester le matériel et l’enthousiasme. Si le bilan est positif, on pourra partir plus longtemps et plus loin. Voir aussi les conseils pour une bonne randonnée et les bonnes adresses pour s’équiper sur le site de l’AF3V.

Le vélo : Un VTC ou un VTT de moyenne gamme est souvent suffisant pour un premier voyage d’essai. Veiller à ce qu’il dispose de pneus, pas trop fins, et de roues solides avec jantes résistantes (selon l’état de la route et de la charge), de freins efficaces, et d’un développement vous permettant de ne pas mettre pied à terre à la première montée (selon le relief de l’itinéraire). Il est cependant nécessaire de bien le réviser avant de partir : les dérailleurs doivent être propres et bien réglés, l’usure de la chaîne, des câbles, des pneus et des patins de freins doit être vérifiée, certaines parties doivent être lubrifiées, les jantes ne doivent pas être voilées…

L’équipement du vélo :

Il est possible d’apporter de légères modifications : remplacer les pneus par d’autres peu cramponnés ou rajouter des accessoires bien utiles (porte-bagages solides, porte-bidon, fixation pour pompe et antivol, éclairage, garde-boue) ou plus facultatifs (cale-pieds, cornes de guidon, sacoches de selle ou de guidon avec porte-carte, rétroviseur…). Il existe sur le marché des « randonneuses » toute équipées mais plutôt chères.

Les bagages :

Il est recommandé de voyager léger pour ménager le cycliste et sa monture ! Mais tout dépendra du type d’hébergement choisi : les cyclo-campeurs devront prévoir d’emporter leur matériel de camping (tente, sac de couchage, réchaud, matériel de cuisine, fil et pinces à linge…) Il est préférable d’opter pour des sacoches à l’arrière (et à l’avant si nécessaire) et de proscrire le sac à dos, inconfortable à la longue. Il existe aussi la solution de la remorque à bagages, alternative intéressante aux sacoches et porte-bagages. Pensez à emporter un matériel de petite réparation (outils multifonction, kit de réparation de crevaisons, un minimum de pièces de rechange : câbles, chambre à air neuve) et une liste des vélocistes présents sur votre itinéraire. Il vous faudra aussi caser vos vêtements (éviter de trop en prendre et préférer laver au fur et à mesure) et vos affaires d’hygiène. Prévoir une place pour stocker le pique-nique !

Avant le départ

Les VVV sont, en général, balisées, ce qui permet d’éviter de rouler avec le nez sans arrêt dans la carte (ou sur le GPS), mais vous pourrez prévoir, grâce aux nombreuses ressources sur internet, la longueur des étapes en fonction des hébergements possibles sur le parcours, télécharger les cartes des parcours, consulter les portails touristiques ou rechercher les trajets en train. Vous pouvez aussi avant le voyage lire les guides, consulter les catalogues et cartes que vous envisagez d’emporter dans vos bagages.

Hébergements

Il est assez facile de trouver des emplacements dans les campings (vérifier les périodes d’ouverture) ; certains offrent la possibilité (plutôt rare) d’une location, pour la nuit, de tentes, chalets, bungalows… Pour les non-campeurs, l’offre est diversifiée : chambres d’hôtes, hôtels, auberges de jeunesse, gîtes d’étapes, ferme-auberges, accueil paysan. S’assurer que votre vélo disposera d’un local fermé et sécurisé. La marque nationale Accueil Vélo, gérée par France Vélo Tourisme, garantit un accueil et des services de qualité auprès des cyclistes le long des itinéraires cyclables. Attention, l’accueil de groupes et les locations à la nuitée (à prix modéré !) restent encore insuffisants dans certaines zones touristiques. Voir la page « se loger » du site de l’AF3V.

Train

La combinaison du train et du vélo est idéale pour rejoindre le point de départ à l’aller ou au retour ou  bien pour raccourcir une étape. La plupart des TER et de nombreux autres trains acceptent les vélos non démontés. La carte des voies vertes et véloroutes de France publiée en 2015 par IGN et l’AF3V indique (pour la première fois en France, à cette échelle) les gares ouvertes aux voyageurs. Voir la page « se déplacer » sur le site de l’AF3V.

Chacun voyagera à sa façon, selon son budget, ses priorités et ses envies. Bonne route !