Un trafic de recel de vélos démantelé grâce à un tracker et au BICYCODE®

Jeudi 16 novembre, une employée du Groupe La Poste s’est fait voler son vélo dans le XVème arrondissement de Paris. Elle a signalé le vol le lendemain, auprès de l’entreprise Cyclez, gestionnaire de la flotte des vélos du Groupe La Poste.

Pour se prémunir du vol, l’entreprise fait marquer ses vélos avec le  BICYCODE®. Son directeur, Charles Poretz, développe - en collaboration avec l'opérateur Orange - un nouveau système de tracker - tantôt économe en energie, tantôt précis - dont il a équipé ses vélos.

A la suite de ce vol, le mode précision du tracker du vélo a été déclenché à distance et Monsieur Poretz a porté plainte pour vol auprès du commissariat de police de Gagny.

A l’aide du tracker, le trajet emprunté par le voleur avec son larcin a très vite été retracé et l’emplacement du vélo a pu être très précisément localisé (à 3 mètres près !) dans l’arrière cour d’un immeuble. Grâce à cela, la police de Gagny a pu, non seulement retrouver le vélo, mais aussi mettre la main sur une niche de 74 vélos volés !

Parmi ceux-ci un seul vélo était marqué avec un BICYCODE®, celui de l'employée du Groupe La Poste. A ce jour c’est le seul vélo dont le propriétaire a pu être instantanément et formellement identifié car marqué avec un BICYCODE® et enregistré sur bicycode.org. La base de données bicycode.org est aussi la seule base de données de vélos marqués accessible directement par la police à des fins de restitutions de vélos en cas de vol, ce en vertu d’une convention de partenariat signée en 2015 entre la FUB et le ministère de l’Intérieur.

Grâce à cette identification, le receleur a été appréhendé et il semble qu’un véritable trafic de recel de vélos, et autres biens destinés à l’exportation, soit sur le point d’être démantelé.

En revanche, pour tous les autres vélos, l’identification des propriétaires est bien plus ardue. Malgré la présence d’un numéro de série constructeur, il est quasiment impossible de retrouver les propriétaires. La FUB tentera tout de même avec l’aide de son réseau de diffuser les photos des vélos volés, à des fins d’identification par leurs propriétaires.

Cela illustre la nécessité, revendiquée par la FUB dans le cadre des Assises nationales de la mobilité (mesure 19 des 26 propositions de la FUB) de la généralisation de l’identification des vélos avec le marquage BICYCODE® et du développement du marquage à la source, dès la fabrication.

Retrouvez la synthèse des 26 propositions de la FUB pour les Assises nationales de la mobilité en vue de contribuer à la loi d’orientation des mobilités prévue en 2018.

Alors qu'on estime à au moins 350 000 le nombre de vols de vélo par an en France, le baromètre des villes cyclables permettra d'avoir une vue très fine des disparités géographiques dans le ressenti du risque de vol.