Vélo-école

Se déplacer à vélo en ville ? Un nombre croissant de français font ce choix, afin de se rendre au centre-ville, d'accompagner ses enfants à vélo, de faire ses courses, dans le but de pratiquer une activité physique modérée, pour se rendre au travail à vélo, dans le cadre de leurs déplacements au quotidien). Mais certains d'entre nous ne sont pas assez à l'aise pour se déplacer à vélo dans la circulation, ou bien n'ont pas appris à faire du vélo dans leur jeunesse. Une solution : apprendre à faire du vélo dans une vélo-école.

La demande pour l'apprentissage du vélo s’est traduite dans les années 2000 par la création de vélo-écoles au sein des associations vélo du réseau FUB. Parmi les associations membres : 70 vélo-écoles sont en activité à ce jour.

L'activité vélo-école s'est développée à la fois au sein d'associations récemment créées, qui agissent à l'échelle d'un quartier, et au sein d'associations historiques de promotion du vélo. Les vélo-écoles proposent régulièrement des sessions d'apprentissage ou de remise en selle, pour les différents publics, adultes ou enfants (consulter l'article Parlons Vélo - avril 2017).

En chiffres

Le réseau vélo-école de la FUB mobilise une trentaine de formateurs salariés et plus de 150 bénévoles.

Les vélo-écoles fonctionnent principalement grâce à l'investissement de bénévoles (pour plus de 50% des structures). D'autres vélo-écoles bénéficient du travail de salariés (au nombre de 1 à 5 selon les associations), souvent assistés par des bénévoles de l'association.

La moitié des vélo-écoles bénéficient du soutien d’une collectivité locale (ville ou de la communauté d’agglomération concernée) : par le biais de subventions, par la mise à disposition d’un local, de vélos ou encore d’un lieu d’apprentissage. Six vélo-écoles du réseau reçoivent également un soutien de leurs Conseils Départementaux.


Une offre de formation diversifiée

Une majorité de vélo-écoles (67 %) s’adresse à un public adulte : 50 % des vélo-écoles touchent en priorité un public féminin et 36 % un public senior. L'activité vélo-école a également une forte vocation sociale (animation de quartier, santé, insertion sociale et professionnelle, vers plus d'autonomie dans le cadre de la mobilité).

Les vélo-écoles sont ouvertes à toutes et tous, quelque soit le niveau de pratique du vélo. 20 % des vélo-écoles interviennent également auprès d’enfants en milieu scolaire, et 28 % auprès d’enfants en temps periscolaire ou extrascolaire. 33 % des vélo-écoles s’adressent à des salariés d’administrations ou d’entreprises (ADTC à Grenoble, Avélo à Rouen, Vélo Service à Amiens, Pignon sur rue à Lyon, Place au vélo à Nantes, entre autres).

Les vélo-écoles, selon leur rayon d'action et les forces vives investies dans l'activité, forment chacune de quelques individus à plusieurs centaines de personnes chaque année.

L’élan se poursuit

Les vélo-écoles connaissent une affluence régulière grâce au bouche-à-oreille. Elles attirent la curiosité des médias (un exemple ici) : les retombées médiatiques permettent une meilleure visibilité de l’ensemble des actions menées par l'association concernée. L’essor des vélo-écoles se poursuit : les associations Vélo'Lun' à Lunéville, Brest à pied et à vélo à Brest, Vélo en Têt à Perpignan, Saintes à Vélo à Saintes, Aprovel à Salon-de-Provence, Etudes et Chantiers, Vél'Orient (article presse) ... se sont lancées dernièrement. La FUB acompagne toute association qui souhaitent monter un projet d'activité "vélo-école" : retrouvez l’article paru dans Vélocité n°130 à ce sujet.