Maintenir le bonus VAE

Nous avons pris connaissance de l’annonce de la suppression du bonus pour l'achat d'un Vélo à Assistance Electrique - VAE qui avait été instauré il y a quelques mois à peine.

​Pourtant, cette mesure faisait consensus. Parmi les 600 candidats aux élections présidentielles et législatives ayant répondu à l'enquête "parlons-vélo", le Président de la République et 75% des députés, issus de toutes les formations politiques, ont répondu favorablement à la question concernant une prorogation du bonus VAE.

​Comme le prouve de nombreuses études, dont celle de l'ADEME, le VAE est doté de nombreux atouts notamment :

  • ​ce vélo augmenté permet de rouler un peu plus vite, mais surtout plus longtemps et plus loin, avec un effort modéré, suffisant pour contrer les méfaits de la sédentarité, mais permettant d'éviter toute hyperventilation ou effet de fatigue
  • ​pratique et simple à prendre en main, le VAE permet de répondre à une part significative des besoins de déplacement quotidiens des Français, quelle que soit la topographie des territoires, et peut participer au report modal tant attendu pour décarboner les transports en France
  • ​ce véhicule hybride électrique/musculaire est économe en énergie et en matériaux : il y a 100 fois moins de lithium dans une batterie de vélo que dans celle d'une voiture électrique
  • ​léger en matériaux, mais dense en travail, le VAE est vecteur d'emplois : 100 euros dépensés dans le vélo contribuant à 15 fois plus d'emplois créés que 100 euros dépensés dans l'industrie automobile.

​Nous demandons le respect de l'engagement et donc le rétablissement du bonus. C'est avant tout une question de santé publique, mais également d'équité des territoires. En effet, le VAE permet de rendre crédible et accessible une solution vélo au-delà de la ville dense, notamment en milieu rural ou périurbain. L’aspect national de cette mesure constituait un espoir formidable pour celles et ceux qui peuvent ainsi espérer sortir de l'impasse et éviter d’avoir à choisir entre la voiture et l'immobilité. Sans compter que de nombreuses collectivités – de petite taille - n’ont pas les moyens de mettre en place une telle aide.

​Les Assises de la Mobilité, qui viennent d’être lancées, seront l’occasion d’imaginer la mobilité du futur : centrée sur le quotidien, elle sera bas-carbone, connectée, solidaire, bonne pour la santé et à un coût maitrisé. Le vélo devra donc y jouer un rôle important. Nous sommes prêts à contribuer à l’invention de ce nouveau modèle. Mais d'ici la mise en place de celui-ci, il nous parait essentiel de pérenniser les mesures qui ont fait leur preuve, comme la prime VAE.

Plus d'infos sur www.parlons-velo.fr 
Télécharger l'argumentaire